Trans4mind Accueil

Transformer l'Esprit

backnext

Développement sémantique

L'objectif de cette approche est d'aider à résoudre la fracture qui existe entre le parlé interne et externe. Lorsque les mots parlés sont entendus, ils sont décodés en termes de syntaxe (construction grammaticale) et de sémantique (la signification des mots), et génèrent les pensées conceptuelles. Lorsque les pensées (parlé intérieur) doivent être communiquées au parlé verbalisé (parlé extérieur), le sens des mots est codé dans un vocabulaire et une syntaxe appropriés. La fracture existant entre les parlés intérieur et extérieur est la manifestation objective de la fracture existant entre les mécanismes de codage et de décodage verbaux. De fait, cela facilite l'établissement de la fracture existant entre corps et mental.

L'aptitude linguistique évolue depuis l'enfance en parallèle avec le développement de la maturité mentale. la première phase est Emotionnelle. L'enfant exprime ses états intérieurs d'émotions et de ressentis avec des appels, des cris, des pleurs, des rires, etc... et le mécanisme de codage verbal joue un rôle prédominant. La deuxième phase est sociale. L'enfant essaie d'obtenir une quelconque réaction chez une autre personne au travers de signaux verbaux, comme par exemple en disant "maman! ou papa!" pour obtenir l'attention ou pour " noter " quelque chose. En développant cette aptitude, l'enfant acquiert un vocabulaire descriptif et, ce faisant, s'éloigne au delà des frontières du langage de l'animal et entre dans la zone du langage spécifiquement humain.

Au début, c'est inné et très intuitif mais le vocabulaire est construit petit à petit pour représenter des objets concrets et des expériences, et la fonction descriptive du langage commence à être en pleine floraison. La capacité du mécanisme de décodage (hémisphère gauche) s'accroît remarquablement. Le seul point faible du langage descriptif c'est que les déclarations peuvent être vraies ou fausses dans les faits - la possibilité de mentir étant implicite. De ce fait, une contradiction se développe entre un hémisphère gauche verbal et spécialisé avec une tendance à distordre et à mentir, et un hémisphère droit émotionnel, expérientiel non verbal (intuitif), parce que la réalité perçue par l'hémisphère droit entre en conflit avec les altérations (rationalisation, mensonge et fictions), perpétrées par l'hémisphère gauche; il y a une tendance à la négation ou au refoulement pour ce qui est du contenu de l'hémisphère droit, et de ce fait, de l'intuition aussi, et par voie de conséquence, la façon de voir le monde de l'hémisphère gauche devient prépondérante. Tout ceci est très clairement démontrée avec un galvanomètre de bio-feedback bilatéral qui peut mesurer le différentiel d'excitation des 2 hémisphères.

Conséquence de la spécialisation des hémisphères, la troisième phase cognitive de l'aptitude linguistique est la fonction argumentation. Ceci inclue la capacité à poser des questions (notez bien qu'un chimpanzé, dont on prétend qu'il utilise des signes comme langage ne pourra jamais arranger des symboles de la syntaxe ni jamais poser des questions - les paris sont ouverts!). L'art de l'argumentation critique est intimement reliée avec l'aptitude humaine à penser rationnellement. Il est important de prendre conscience que chaque niveau du langage est infiltré par le niveau inférieur. Par exemple, lorsqu'on argumente, il y a aussi une expression des ressentis qui se signalent dans une tentative de convertir la personne antagoniste et de la description pour réfuter les arguments avec des références factuelles.

Il y a aussi une gestuelle qui accompagne l'expression linguistique. Une personne qui n'est pas " au contact " avec ses émotions et ses ressentis, va se trouver en fracture avec un tel langage du corps et pourra se retrouver en train d'argumenter dans un sens, alors que le corps dit le contraire. C'est ce qu'on appelle la fracture mental-corps. Dans les étapes du développement linguistique, le processus d'élaboration verbale est très différent de ce qu'il est dans la phase cognitive. Dans la phase émotionnelle le langage existe pour satisfaire les besoins émotionnels et est largement pré-verbal. De tels mots qui sont utilisés à ce moment, sont subjectifs et sont associés avec des émotions et des ressentis.

Dans la phase sociale, les mots sont élaborés associativement plutôt que logiquement. Des associations peuvent être faites avec les objets concrets représentés, à la fois du point de vue spatial et sémantique en termes de différentiels comme: chaud/froid; clair/sombre; bon/mauvais etc... Dans la première partie de l'enfance, il doit en être ainsi parce que l'enfant ne possède pas suffisamment de vocabulaire ou de conscience de soi pour pouvoir définir les mots dans son mental en termes "d'autres mots".

Après 8 - 10 ans, le développement postérieur du modèle de langage intériorisé est le résultat d'un processus d'élaboration sémantique. En d'autres termes, le contenu du mental est relié à lui-même par un ensemble de connexions complexes reposant sur les définitions des mots en termes d'autres mots et au travers des règles de la grammaire et de la logique. Les modèles émotionnels et associatifs de langage antérieur sont désormais inutilisés, le modèle sémantique devient alors accessible à l'introspection et la fracture entre les parties intérieur et extérieur s'élargit alors.


Allez au prochain article, Le mental supérieur

Retour à Transformer l'Esprit - Sommairenext